Tissus : bien comprendre pour mieux choisir

Porter les vêtements de vos rêves, faire des économies, être fière (fier) de vos créations, voilà les principales bonnes raisons d’apprendre la couture. Quel que soit le projet envisagé, le choix du tissu est une étape primordiale pour la réussite de vos ouvrages. Jersey, popeline, denim, cotonnade, … il en existe une grande variété sur le marché, ce qui peut compliquer votre choix. Débutant en la matière ? Notre guide sur le tissu vous aidera à y voir plus clair. Nous abordons ici les différents types de tissus et les textures. Quel genre de textile conviendra le mieux à chaque utilisation. En comprenant mieux le lexique du tissu, vous pourrez avancer dans vos projets de   couture.

Le tissu c’est quoi ?

Le tissu est l’élément crucial pour débuter en couture. Nous avons tendance à dire tissu pour évoquer tous les textiles. Mais à proprement parler, le terme « tissu » est insuffisant pour désigner cet univers très vaste. En effet, normalement, ce mot devrait être utilisé pour indiquer les étoffes tissées seulement. C’est-à-dire, des étoffes obtenues par l’entremêlement des fibres suivant différentes techniques (sergé, satin, jacquard, …). Pour aborder toutes les pièces pouvant être confectionnées (tissées, tricotées, non tissées ou feutre), les termes « étoffe » et « textiles » s’avèrent donc plus convenables.

Petite explication sur l’armure

Avant d’aller plus loin, il convient de définir un peu ce qu’est l’armure. Dans le monde du textile, vous pouvez rencontrer souvent ce mot. Pour faire simple, il s’agit d’une technique de tissage. En fonction du mode d’entrecroisement des fils de chaîne et trame, il existe trois types majeurs d’armure dont : satin, sergé et toile.

De par son aspect lisse et brillant, vous savez sûrement ce qu’est l’armure satin. A partir de maintenant, vous êtes au courant que satin n’est pas un type de tissu mais plutôt une technique de tissage. L’armure toile quant à elle, est la plus simple et la plus répandue. Le tissu obtenu avec cette méthode ne comporte ni endroit ni envers. En ce qui concerne l’armure sergé, vous la reconnaîtrez facilement grâce à son effet ligne en biais sur l’endroit et uni sur l’envers.

Chaque étoffe a ses propres caractéristiques. Ces dernières varient essentiellement en fonction du fait que le textile soit fait en matière naturelle, artificielle ou synthétique. De cela dépend la manière dont l’étoffe réagira face à la machine à coudre et au lavage. Certaines sont bien fluides, d’autres sont plus extensibles alors que certaines sont plutôt rigides. De la même façon, il existe des étoffes qui rétrécissent au lavage, des textiles moins froissables, plus absorbants, etc. Dans le monde de la mercerie, vous trouverez également des textiles opaques, imperméables ou transparents.

Cela dit, il est temps de découvrir les divers types de tissus et de textiles pouvant vous être utiles dans toutes vos réalisations en couture.

Le coton et ses déclinaisons

Pour votre première fois en couture, il est conseillé de travailler d’abord les matières naturelles dont le coton est la star. Ce dernier est facile à manipuler et vous pouvez le retoucher autant de fois que vous le voulez.  

Provenant du duvet entourant la graine du cotonnier, la fibre de coton est d’origine naturelle et végétale. L’étoffe en coton se démarque par son aspect agréable au toucher. En matière d’habillement, elle a l’atout de s’adapter à tous types de peaux même les plus sensibles. On l’apprécie également pour son côté absorbant ainsi que sa capacité à supporter toutes teintures (chimiques ou naturelles). Comme défauts, le coton est peu isolant et froissable.

Le coton est une grande famille de textiles. Découvrez ci-dessous une liste non exhaustive des étoffes en coton les plus prisées dans le domaine de la couture :

La cotonnade

Coton basique, la cotonnade fait référence à une étoffe de coton légère, mais pas transparente pour autant. Elle peut être conçue à base de coton pur ou d’un mélange de fibres. La cotonnade peut être unie ou à motifs. Elle est utilisée dans la confection de vêtements. Peu extensible, la cotonnade est facile à coudre.

La popeline

La popeline désigne une toile légère affichant une côte fine et serrée. Comme caractéristique, elle est souple, absorbante, facile à nettoyer et quelque peu soyeuse. Elle peut sembler parfois brillante ou satinée. Ce tissu tient son nom de la déformation du mot « papeline ». En effet, il est originaire de la ville papale d’Avignon en France. A l’origine, la popeline est conçue à base d’une trame en coton ou en lin et d’une chaîne en soie. On peut trouver également un mélange de coton et de polyester. De par sa polyvalence, on peut employer la popeline pour confectionner des robes, des chemises et des corsages.

Le jersey

Le jersey est un textile maillé mais pas tissé. Il se pare d’une élasticité naturelle. On le tricote à la manière d’un pull. Le nom a été tiré de l’île de Jersey. Auparavant, cette appellation était utilisée pour désigner tous les produits textiles en provenance de cette île. A la base, le jersey est confectionné avec de la laine. Mais aujourd’hui, il est également fabriqué à partir du coton ou des fibres synthétiques telles que l’élasthanne. On parle de « jersey de coton » lorsque sa composition est 100 % coton. Ce tricot est employé comme base dans la confection des t-shirts. Mais il est également présent dans les collants, les robes ou jupes stretch.

Le velours

On utilise le velours pour les vêtements et les tissus d’ameublement. Jupes, vestes, pantalons, habits d’hiver, … autant de pièces peuvent être conçues à base de cette étoffe. Armure sergé, le velours est célèbre pour sa douceur et la chaleur qu’il apporte. Ce type de tissu peut être fabriqué à partir des fibres de coton, de jute, de laine, de soie ou de chanvre. L’étoffe de velours se reconnaît par sa face rase d’un côté et couverte de poils dressés et serrés de l’autre.

Le coton gratté

Pour des créations aussi douces que confortables, le coton gratté sera votre meilleur allié. Agréable et duveteuse au toucher, cette matière est idéale pour la confection de linge de maison. Le coton gratté dédié à la confection de vêtements est différent du coton gratté M1. Ce dernier est prisé pour la décoration des pièces à l’occasion des événements spécifiques. On peut par exemple l’utiliser pour cacher les pieds de la table. Le coton gratté M1 se distingue par son caractère ignifuge.

La batiste

Armure toile, la batiste désigne un coton particulièrement fin, presque transparent. Elle est fluide mais fragile. C’est pourquoi, on l’utilise notamment pour créer des doublures, des mouchoirs, de la lingerie ou encore des vêtements d’été. La batiste est une toile faite de lin à la base. Mais aujourd’hui, elle se décline en coton ou en fibres synthétiques.

Le piqué de coton

Le piqué de coton fait référence à un tissu de coton pourvu de très fines rainures dans le tissage. Il sera idéal pour réaliser du linge d’ameublement ou de lit.

La flanelle

Souvent en laine, la flanelle est aussi disponible en coton. Légère, duveteuse et douce au toucher, elle convient à la création de jupe ou de chemisier, ou bien de linges de nuit.  Toutefois, il faut noter que cette étoffe n’est pas extensible.

Le denim

Nous terminons cette liste avec l’incontournable denim. Il s’agit d’une armure sergé qui se caractérise par sa solidité et son épaisseur. Comme vous le savez sans doute, le denim est le tissu de prédilection pour la fabrication des blue-jeans.

 

D’autres fibres naturelles

La soie, le lin, la laine, le cachemire, le bambou et le chanvre sont toutes des matières naturelles pouvant être utilisées pour créer des étoffes. Chacune a ses particularités.

La laine est par exemple l’alliée des vêtements d’hiver. A vous les robes, les chemises, les pantalons ou encore les blouses. Cette matière est aussi  employée pour fabriquer des tissus d’ameublement. La laine se prête à toutes les techniques. En effet, on peut la bouillir, la tricoter, la feutrer ou bien la tisser. Le seul bémol c’est sa fragilité. D’où l’importance d’adapter le cycle de lavage. Le cachemire provenant de la chèvre du Cachemire possède presque les mêmes caractéristiques que la laine. Il apporte douceur et chaleur en même temps.

Le lin, quant à lui, est reconnu comme un régulateur thermique. Polyvalent, il est léger en été et chaud en hiver. Vous le trouverez dans toutes les épaisseurs pour confectionner des jupes, des vestes, des pantalons, etc.

Qu’en est-il des textiles artificiels et synthétiques ?

A présent, nous nous intéressons aux matières artificielles et synthétiques. Les premières désignent des fibres obtenues de la cellulose issue des végétaux. La viscose est la plus utilisée. On l’obtient grâce à la cellulose extraite du bois dans la plupart des cas. Pour se transformer en fibre, elle doit subir un traitement chimique. Quand ce sera fait, elle peut être tissée en armure crêpe ou toile pour obtenir le rendu désiré. Vous pouvez utiliser la viscose pour faire des pantalons amples, des chemisiers, des robes et des blouses.

En ce qui concerne les étoffes synthétiques, ces dernières sont fabriquées auprès de l’industrie pétrochimique. Elles sont produites par la synthèse de composés chimiques provenant généralement de l’amidon ou des hydrocarbures. Les matières synthétiques sont souvent mélangées aux fibres naturelles. On distingue entre autres :

          Le polyester : c’est un excellent isolant thermique avec une bonne résistance à l’usure. Il ne froisse pas non plus. Cette matière est pourtant déconseillée aux personnes avec une peau sensible et à celles qui transpirent beaucoup. Elle est à privilégier pour les vêtements résistants à l’eau ou si vous avez besoin d’élasticité.

          L’élasthanne (lycra) : matière très élastique, l’élasthanne est privilégiée dans la production de vêtements de sports et des maillots de bain. Ce textile est assez difficile à coudre car il peut s’étendre jusqu’à six à sept fois sa taille.

      L’acrylique : matière douce au toucher mais qui favorise la transpiration et les risques allergiques. Il vaut mieux donc s’en passer.

 

Et les tissus bio ?

Les tissus bio font partie de nombreuses options qui s’offrent à vous pour vos projets de couture. D’abord, ils sont produits à partir des fibres naturelles mais pas n’importe lesquelles. En effet, les matières premières utilisées doivent être issues de l’agriculture biologique. Ce qui signifie que les conditions de culture du lin ou du coton excluent le recours aux pesticides et insecticides. Tout le processus de transformation est garanti écologique. Le véritable textile bio est reconnu par le label GOTS ou Global Organic Textile Standard.

Les tissus bio présentent ainsi l’avantage d’être plus respectueux de l’environnement et plus sains pour la peau.  

Comment bien choisir votre étoffe ?

Comme vous avez pu le voir jusqu’ici, les tissus et textiles sont très diversifiés. On ne les choisit pas au hasard. C’est votre projet qui vous guidera vers le type d’étoffe adapté.

Pour quel prix ?

Vendus au mètre, les tissus et les textiles sont proposés à un prix varié. Le mètre peut osciller de 1 € à plus de 10 €. Plus l’étoffe est noble, plus elle sera chère.

Comment commander votre étoffe ?

Pour l’achat de vos tissus, vous pouvez vous rendre auprès d’une mercerie physique. Mais si vous voulez rester assis (e) confortablement chez vous, il vous suffit de commander en ligne. Les merceries en ligne sont souvent plus économiques et offrent un grand choix de produits. Fiez-vous au patron pour trouver le textile adapté. Par ailleurs, vous bénéficierez des conseils avisés du personnel pour vous aiguiller dans votre recherche. Pour les accessoires nécessaires, vous pouvez aussi les acquérir en même temps. Afin de vous éviter des mauvaises expériences, assurez-vous de passer commande sur une mercerie en ligne fiable.

Bonnes pratiques avant la première utilisation

Vous disposez maintenant du tissu qu’il vous faut. Ne vous précipitez pas pour le découper. Prenez d’abord le temps de le laver à 30°C. Ensuite, repassez-le bien. Ces étapes sont indispensables parce que la plupart des textiles ont tendance à rétrécir jusqu’à 8 % suite au premier lavage.

Nous espérons que ce tour d’horizon des différents textiles a pu vous aider dans vos ouvrages. Vous savez maintenant avec quelle matière vous entraîner pour maîtriser cet art. N’oubliez pas de choisir le patron adapté à votre niveau.